OM: ET MAINTENANT, AJROUDI VEUT AUSSI RACHETER LE VÉLODROME

Candidat à un rachat de l’OM, Mohamed Ayachi Ajroudi se dit également intéressé pour acquérir le Vélodrome, actuellement propriété de la mairie de Marseille. Les représentants de l’homme d’affaires expliquent que cette nouvelle proposition complète son offre initiale. 

Mohamed Ayachi Ajroudi ne veut plus seulement l’Olympique de Marseille, mais aussi le Vélodrome. L’homme d’affaires franco-tunisien et ses partenaires disent désormais vouloir racheter le stade aux 67.000 places (propriété de la Ville de Marseille), selon un communiqué diffusé samedi par leurs représentants. Cette annonce s’inscrit dans leur volonté de racheter l’Olympique de Marseille, rendue publique depuis plus d’un mois. Ils “manifestent officiellement leur intérêt pour cette acquisition car ils souhaitent offrir à l’Olympique de Marseille la propriété de sa maison de toujours”.

“Nos clients ont entendu dire, sans aucune certitude, que la mairie de Marseille souhaiterait vendre le stade du Vélodrome. Nous avons tenté de nous assurer de l’information avant publication de ce communiqué, mais nos démarches sont restées sans réponse, ce qui prouve, s’il en était besoin, que nous sommes obligés de traiter cette affaire par voie médiatique”, peut-on lire dans le communiqué de presse de la banque d’affaires Wingate et du cabinet de juristes Greenberg Hornblower Deschenaux & Partners.

Quelques jours auparavant, la mairie de Marseille, désormais dirigée par Michèle Rubirola (coalition de gauche), avait effectivement suggéré qu’elle était favorable à l’idée de vendre le stade. “Si l’OM est acheteur, vendons-lui le stade”, a déclaré le premier Benoît Payan lors d’un conseil municipal.

Pas d’ultimatum

Cette nouvelle intervention médiatique du clan Ajourdi est l’occasion aussi de calmer le jeu. Après avoir fait savoir en milieu de semaine que le propriétaire Frank McCourt avait dix jours pour répondre à son offre, il est cette fois précisé que cela ne constitue pas un “ultimatum” adressé au club et ses dirigeants: “Il s’agit simplement du fait que nos clients sont conscients du temps nécessaire au travail restant à faire pour préparer le club à confronter ses prochaines échéances et challenges sportifs”.

“Nos clients souhaitent que leurs offres soient toutes deux acceptées si le stade est réellement à vendre, car ils ne voudraient pas prêter le flanc à la polémique selon laquelle ils feraient pression pour racheter le club”, ajoutent les représentants de Mohamed Ayachi Ajroudi.

GHD LLP

GHD LLP (155)