Projet de rachat de l’OM : Ajroudi fait monter la pression

Le Franco-Tunisien a transmis une offre pour racheter l’OM et fixé une date limite. Pour rien ?

La bataille des communiqués et des déclarations à distance se poursuit. L’immense majorité des supporters de l’OM croyait pourtant la partie finie lorsqu’a été rendu public un mail d’Olivier de Vilmorin, l’avocat en France de Frank McCourt, où il était stipulé que “de manière formelle et définitive, de la réponse de (son) client : le club n’est pas à vendre, Monsieur McCourt ne souhaite pas engager de discussions avec vos clients“. C’était jeudi dernier, les clients en question n’étaient autres que Mohamed Ayachi Ajroudi accompagné de ses investisseurs potentiels. Mais l’homme d’affaires franco-tunisien a de la suite dans les idées. Il ne renonce toujours pas à sa volonté d’acquérir le club olympien, même si ses manoeuvres sont parfois maladroites, voire déplacées, comme lorsqu’il annonce son intention de faire appel à Bernard Tapie (*).

Un nouvel épisode de ce feuilleton aux allures burlesques s’est joué hier. Avec, à la baguette, Marc Deschenaux, juriste financier international déjà vu à l’oeuvre en fin de semaine dernière sur un communiqué acerbe.

“Dernière offre ferme valable pour les dix prochains jours ouvrés”

Hier, Deschenaux a enfoncé le clou publiquement même si, de son propre aveu, il préfère agir dans “la chaleur de l’ombre” : “M. Ajroudi et ses partenaires offrent officiellement aux actionnaires actuels de racheter le club de l’Olympique de Marseille à leur prix d’acquisition, en reprenant toutes les dettes et dépenses relatives au fonctionnement du club, dûment justifiées, qu’ils ont encourues depuis son acquisition. Ils s’engagent à payer le montant nécessaire à régler la solution avec l’ICFC-UEFA au sujet des pertes annuelles de ces trois dernières années, comme déjà dit. La présente offre est leur dernière offre ferme, valable pour les prochains dix jours ouvrables, sujette à audit des comptes et à la pleine divulgation des engagements et des litiges en cours ou prévisibles en l’état.

Chantage ? Coup de pression ? Nouvelle tentative de déstabilisation comme le déplore l’OM qui a d’ailleurs décidé “d’agir en justice” contre le tandem Ajroudi-Boudjellal et lui réclame 500 000 euros pour le préjudice subi ? D’après nos sources, Marc Deschenaux est de nouveau monté au front avec un double objectif en tête : transmettre une offre ferme et officielle assortie d’une deadline, et rassurer tout le monde sur la capacité d’Ajroudi à acquérir l’institution olympienne.

L’engagement du juriste suisse garantirait l’existence des fonds dont beaucoup doutent jusqu’à présent, et ce jusqu’en Tunisie, terre natale d’Ajroudi. Combien serait-il prêt à lâcher pour s’offrir l’OM ? Au moins 247 millions d’euros qui se répartissent entre le montant de l’acquisition (45 M€) et les pertes évaluées par les conseils de l’homme de Gabès (202 M€).

Comme il le confiait dans ces colonnes le 17 juillet, ce dernier a bouclé son tour de table. Selon certaines indiscrétions, y figureraient à ses côtés des investisseurs originaires du Bahreïn, des Émirats Arabes Unis ou encore d’Israël. Tous ne seraient pas pressés de conclure l’affaire. Si jamais McCourt opposait une nouvelle fois une fin de non-recevoir, ce qui semble être l’hypothèse la plus probable, ils pourraient attendre et revenir à la charge dans les mois suivants.

Toute cette agitation est donc loin d’être terminée…

(*) Actionnaire majoritaire de La Provence.

GHD LLP

GHD LLP (155)