Vente de l’OM: Une entente Ajroudi-McCourt ?

A défaut de racheter l’Olympique de Marseille à Frank McCourt, Mohamed Ajroudi pourrait entrer au capital du club phocéen. C’est tout du moins le scénario défendu par l’un des fondateurs d’une des banques en charge du dossier. Un scénario très théorique.

Les nombreux démentis formulés par le clan McCourt ou l’assignation en justice lancée par les dirigeants phocéens n’auront pas suffi  à totalement refroidir les ardeurs de Mohamed Ajroudi. En atteste le communiqué publié par son juriste Marc Deschenaux selon lequel l’homme d’affaires tunisien est toujours déterminé à acheter l’Olympique de Marseille.

DIAPORAMA: Quels clubs supportent les stars ?

Un communiqué à la teneur surprenante puisque le clan Ajroudi n’hésite pas à lancer un ultimatum à Frank McCourt, lui donnant en effet 10 jours pour accepter cette dernière offre. La situation en apparaît de plus en plus ubuesque et les probabilités de voir l’affaire se faire de plus en plus minces. Stéphane Cohen, cofondateur de la banque d’affaires Wingate, l’un des deux établissements en charge du dossier, en a d’ailleurs convenu dans une interview accordée à Capital, imaginant néanmoins un scénario qui pourrait convenir aux deux parties: une prise de participation partielle.

Il faut qu’ils en aient envie tous les deux

« Je parle en théorie, mais c’est possible. L’OM perd beaucoup d’argent, même s’ils en perdront moins cette saison avec la Ligue des Champions, a-t-il rappelé. Donc, il faut combler le trou chaque année. On pourrait comprendre que l’actionnaire Frank McCourt puisse envisager un partenariat capitalistique en levant des fonds auprès d’investisseurs comme le consortium emmené par M. Ajroudi. Après, bien-sûr, il faut qu’ils en aient envie tous les deux. » Ce qui est tout sauf acquis…

Interrogé dans L’Equipe du soir, Marc Deschenaux, le juriste de Mohamed Ajroudi, continuait pourtant d’y croire. « Ce n’est pas parce que quelqu’un déclare ne pas être vendeur devant les médias que cette personne n’est réellement pas vendeuse », a-t-il en effet asséné.

GHD LLP

GHD LLP (155)