Vente OM : Ajroudi sort la carte “Vélodrome”

Décryptage du dernier communiqué de l’équipe d’Ajroudi qui projette d’acheter l’OM et le stade Vélodrome.

Jeudi, Mohamed Ajroudi avait annoncé une offre de rachat de l’Olympique de Marseille et laissait 10 jours à Frank McCourt pour réfléchir. Le temps que l’homme d’affaires américain pèse le pour et le contre, on aurait pu penser que son homologue tunisien adopte une position plus discrète dans les médias, d’autant plus que Mourad Boudjellal est actuellement en vacances avec sa famille. Mais non, ce samedi soir, nouveau communiqué d’Ajroudi concernant son envie de racheter le club phocéen. La lettre envoyée à la presse et à des influenceurs triés sur le volet porte la griffe de Marc Deschenaux, juriste d’Ajroudi qui est allé défendre son client en direct sur les plateaux télés ainsi que Wingate, via son associé-fondateur Stéphane Cohen, l’une des banques mandatées par Ajroudi pour racheter le club. Déjà, avant tout chose, la forme interpelle. Il manque des virgules, des majuscules après les points, on parle de “stade du Vélodrome”… Mais cela s’est déjà vu, cela peut être une stratégie. Pour rappeler qu’on n’est pas du sérail, quitte à forcer le trait. Les communiqués de Margarita Louis-Dreyfus il y a quelques années concernant l’Olympique de Marseille y ressemblaient quelque peu. Avec cette même syntaxe parfois simpliste qui laissait à penser que la tsarine avait elle-même pris la plume pour dire ce qu’elle avait sur le coeur, comme s’il n’y avait pas une armée d’avocats pour s’occuper, au minimum, de relire. Et dans le fond ?

En plus de son offre pour racheter l’OM, Mohamed Ajroudi propose de racheter le stade Vélodrome, pour “offrir à l’Olympique de Marseille la propriété de sa maison de toujours”. Une offre qui s’adresse donc à la Mairie de Marseille, sous le coup d’un partenariat public-privé avec Arema. Au passage, le camp de l’homme d’affaires en profite pour assurer que le but de toute cette opération n’est pas de déstabiliser l’OM, de mettre la pression, mais bel et bien d’aider la formation à retrouver les sommets. Le communiqué se conclut d’ailleurs avec un “que leurs offres soient acceptées ou refusées, nos clients seront heureux que l’Olympique de Marseille gagne et très tristes s’il perd. Voyons ce qui se passera à la prochaine saison”. Il y a quelques jours, Benoît Payan, premier adjoint à la nouvelle maire Michèle Rubirola, avait été interrogé sur son désir de vendre le stade Vélodrome. Sans apporter le moindre élément nouveau mais sans vouloir renier les propos qu’il avait tenu en campagne, assurant que le coût de l’enceinte pesait sur les impôts locaux des citoyens marseillais. En vrai, le dossier est loin d’être ouvert par la nouvelle équipe dirigeante à l’hôtel de Ville, qui a bien d’autres priorités vu le contexte. Mais l’offre a le mérite de planter un décor, de donner le tempo, comme l’expliquait Romain Canuti sur le plateau du Mercatalk la semaine dernière, au moment de décrypter la communication du repreneur déclaré du club, comme vous pouvez le voir en vidéo. Cela a surtout le mérite de faire passer un message : si Ajroudi a les moyens de racheter le stade, alors que McCourt s’est contenté de l’exploitation exclusive, c’est bien qu’il a des moyens supérieurs et qu’il compte les mettre au service de l’OM. Si c’est un nouvel atout qui sort de la manche, cela ressemble donc fortement à une carte “quitte ou double”…

GHD LLP

GHD LLP (155)